logo
HR performance 10/11/2017

Semaine Européenne pour l’emploi des personnes handicapées du 13 au 19 novembre 2017

Créée à l’initiative de LADAPT, la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) est devenue un évènement incontournable.

Cette 20e édition nommée #SANSLIMITES sera dédiée à l’emploi accompagné et à l’emploi des jeunes diplômés en situation de handicap.

Le handicap, une question nationale mais aussi européenne 

Moins d’un adulte handicapé sur deux a un emploi dans l’Union Européenne.

Source : Eurostat, 2014 pour l’année 2011, pour une population de 15 à 64 ans déclarant avoir un handicap

 

Ce chiffre (47,3%) est d’autant plus alarmant qu’il doit être mis en regard avec celui du taux d’emploi des 15-64 ans n’ayant pas de handicap, 66,9%.
Ce non accès à une situation professionnelle a des effets sur le niveau de vie, mais également sur l’inclusion sociale.
Dans l’Europe des 28, le taux de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale pour les personnes non-handicapées âgées de 16 ans et plus est de 21,4% en 2013, contre 19,9% pour les personnes handicapées.
C’est la raison pour laquelle les actions de sensibilisation et de recrutement, doivent continuer et s’amplifier chaque année sur l’ensemble du territoire français et européen.

Un contexte budgétaire et politique mitigé autour du handicap

La SEEPH 2017 s’ouvre dans un contexte politique et budgétaire mouvementé. Les réseaux sociaux interpellent et pétitionnent !
Les associations se réunissent et se mobilisent dans un comité pour interpeller le Parlement ainsi que le Premier Ministre pour leur adresser leurs inquiétudes et revendications.
La scène politique de part et d’autre de l’échiquier s’émeut de restrictions financières. Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées a expliqué que les restrictions financières étaient conçues « dans un esprit de responsabilité collective ». Conclusion, les associations contestent particulièrement quatre mesures :

1/Hausse de l’allocation adulte handicapé (AAH) … mais pas pour les couples

Comme le candidat Macron s’y était engagé, l’AAH va être revalorisée de 89 euros pour atteindre 900 euros en novembre 2019 . Pour rappel, en France, ce minimum social est versé à 1,1 million de personnes souffrant d'un taux d'incapacité permanente d'au moins 50%. La contestation de la mesure n’est pas dans la revalorisation, bien évidemment, mais dans le fait que le revenu du conjoint sera pris en compte dans le calcul de l'AAH, ce qui pénaliserait plus de 230 000 personnes du bénéfice d'une hausse de l'AAH.

2/ Fusion des deux compléments de l’AAH

Les deux compléments de l'AAH vont être fusionnés pour être alignés sur le montant de la « majoration pour la vie autonome ». Au final, les allocataires du « complément de ressources » (65.000 personnes), qui sont incapables de travailler, vont perdre 75 à 179 euros par mois alors qu'ils vivent déjà sous le seuil de pauvreté... La fusion se déroulera en 2019 et ne devrait s’appliquer qu’aux nouvelles demandes, pas aux bénéficiaires actuels, à moins que les demandes de renouvellement ne soient considérées elles aussi comme des nouvelles demandes.

3/ Hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour les aidants familiaux

La hausse de la CSG pénaliserait les aidants familiaux qui perçoivent un dédommagement au titre de la Prestation de Compensation du Handicap et créerait une perte nette de pouvoir d'achat pour ces familles.
La secrétaire d'Etat a promis de chercher « une solution plus globale » pour les aidants familiaux, qui vont voir leur CSG augmenter de 1,7 point sans bénéficier de baisses de cotisations sur leur prestation de compensation du handicap. Cela pourrait passer par une revalorisation de la prestation, ou par sa défiscalisation.

4/ Suppression de la prime d’activités

La fin de l'éligibilité des allocataires de l'AAH et des bénéficiaires de pensions et de rentes à la prime d'activité précariserait près de 230 000 salariés, travailleurs percevant de faibles revenus professionnels, qui bénéficiaient de cette prime d’activité depuis octobre 2016
Au-delà de ce contexte en mouvance, la SEEPH est un excellent vecteur positif du handicap. LADAPT a d’ailleurs choisi dans cette nouvelle édition de montrer que « les personnes en situation de handicap sont elles aussi des modèles de réussite professionnelle ! » et que « le handicap a fait naître en elles l'envie de se développer #SANSLIMITES. »

 

Pour retrouver le programme : http://www.semaine-emploi-handicap.com/