logo
Notre offre

Aides et subventions RH


Recruter des docteurs dans les entreprises

Xerfi Canal TV a reçu Benoît Février, Responsable RH chez Ayming, pour parler du recrutement des docteurs en entreprise.

En France, recruter des docteurs est moins courant qu’à l’étranger, où il n’est pas rare de trouver des docteurs aux plus hautes responsabilités dans l’entreprise. Il est important de souligner qu’il y a un véritable biais de perception sur le doctorat en France : dans l’imaginaire collectif, les docteurs ont tous travaillé sur des sujets très théoriques et se destinent en premier lieu à la recherche publique. Mais c’est faux : leurs sujets sont le plus souvent  très proches des réalités du marché. Et en plus de leur expertise technique pointue, ils ont également développé lors de son projet doctoral de nombreuses compétences transverses en gestion de projet, communication ou encore management. Ainsi, pour une entreprise, quel que soit son problème, dans des domaines aussi variés que les matériaux, les mathématiques, la santé  mais également les sciences humaines et sociales, elle va forcément trouver un scientifique qui répondra à ses besoins.

 

Voir ou revoir nos émissions

Contacter Benoît Février : bfevrier@ayming.com

 

 La valeur ajoutée des docteurs ? Il y en a toute une série.  De manière non exhaustive, je listerais d’abord que l’entreprise va disposer d’un expert technique au sein de ses équipes, quelqu’un en ligne avec ses problématiques de R&D, avec une forte capacité de remise en cause, qui sait prendre des risques, et les gérer. C’est aussi un indicateur fort de performance R&D qui permet de sécuriser un dispositif comme le Crédit d’Impôt Recherche. Notons également que le doctorat est un standard international (c’est l’équivalent du  PhD anglo-saxon) : l’expertise est donc reconnue à l’étranger. Enfin, c’est l’opportunité pour l’entreprise de mettre un pied dans le monde de la recherche académique, avec des concepts très avancés, ce qui est extrêmement important si elle veut être en mesure d’être innovante et disruptive.

J'ai en mémoire une PME que nous avons accompagnée dans l’élaboration de son CIR et qui, suite à nos conseils, a initié une thèse de doctorat en collaboration avec un laboratoire public, expert dans le domaine. L’apport du doctorant a été très bénéfique pour cette entreprise, notamment dans la structuration des activités de Recherche et de Développement. Par ailleurs les résultats obtenus dans le cadre de la thèse ont permis à l’entreprise d’obtenir un avantage concurrentiel important, faisant d’elle un acteur incontournable de son secteur. disruptive.

Un problème de coût ? C’est encore une idée reçue de dire qu’un doctorant ou qu’un docteur coûte trop cher. Il existe de nombreux dispositifs incitatifs pour aider les entreprises dans le financement de leur recrutement. Je pense par exemple au dispositif CIFRE, la Convention Industrielle de Formation par la Recherche, qui permet de réunir une entreprise, un doctorant et un laboratoire public autour d’un sujet de thèse élaboré à partir de problématiques techniques rencontrées par l’entreprise. L’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie, l’ANRT, prend alors en charge jusqu’à 14 000 euros par an sur trois ans.
Quant aux jeunes docteurs, une partie de rémunération et des frais d’encadrement peuvent figurer dans le Crédit d’Impôt Recherche.
Un autre frein peut être le recrutement et l’intégration de ces profils. L’entreprise peut alors faire appel à des experts qui sauront qualifier son besoin de R&D, cerner les compétences nécessaires et actionner leur réseau pour trouver la perle rare.
J’invite donc les entreprises à étudier attentivement la question au risque de passer à côté d’un véritable vivier de compétences.