logo
HR performance

Ayming News Hebdo

DRH, préventeurs, ne laissez pas dériver votre absence professionnelle !

L’absentéisme constitue un enjeu majeur pour toutes les entreprises en termes de coût et d’organisation.
L’absence professionnelle (AT / MP / accidents de trajet) représente plus de la moitié des motifs d’absences. Dès lors, c
omment mieux piloter cette absence professionnelle et limiter ses possibles dérives ?


Les Directions RH et Prévention doivent contribuer à la performance financière de l’entreprise, tout en créant les conditions de la réussite opérationnelle, de la motivation et du bien-être au travail.
Dans ce contexte, au-delà du coût global de l’absence, de nouveaux axes stratégiques s’imposent :

  • le pilotage de l’absence professionnelle (accident du travail, maladie professionnelle et accident de trajet)
  • la mesure de l’impact des arrêts de travail professionnels.


Des longueurs d’arrêts qui s’étirent, des absences qui se multiplient, il devient primordial d’anticiper et de contenir ces dérives qui impactent directement la productivité, l’engagement des salariés et les cotisations AT/MP.

Nous vous proposons d’étudier dans le détail, sur plusieurs secteurs, comment évolue le coût global du risque professionnel sous l’effet des coûts moyens et des longueurs d’arrêts…

 

Absentéisme : des coûts toujours sous-estimés

 

Les coûts visibles de l’absence se décomposent de la façon suivante :

les chiffres clés du coût de l'absentéisme

L’absence répétée des collaborateurs génèrent également des coûts moins visibles et généralement sous-estimés car plus complexes à analyser.
Ces coûts dits indirects se répercutent à plusieurs niveaux :

  • difficultés d’organisation pour l’entreprise avec des problématiques de productivité, d’interruption de l’activité, de baisse qualitative et quantitative de production…

  • effets négatifs sur l’image : insatisfactions des clients suite à perte de qualité, retard dans les livraisons…

  • surcoût des « palliatifs » à l’absence : recours aux heures supplémentaires, travail temporaire, CDD, externalisation temporaire, formation et intégration du remplaçant…

  • gestion administrative de l’absence et du remplacement

  • répercutions sociales : désinsertion professionnelle des absents, augmentation de la charge de travail pour les salariés présents, voire risque accru d’accidents…

 

Parmi les différents motifs d’absence, le motif professionnel représente 55% de l’absence totaleOr, cette absence professionnelle génère des conséquences directes sur le taux AT/MP. En effet, une variation même infime de votre sinistralité annuelle, des longueurs d’arrêts qui s’étirent, des absences qui se multiplient, impactent fortement les cotisations AT/MP.

Pour autant, avez-vous déjà évalué l’incidence budgétaire réelle de ces arrêts de travail ?

 

Arrêts de travail qui se prolongent : quelles conséquences ?

 

Avant même d’évoquer les conséquences des longueurs d’arrêt, on constate que les taux AT/MP ont globalement tendance à augmenter du fait de la mécanique des coûts moyens.

En savoir plus sur les coûts moyens : Pourquoi les coûts moyens grèvent vos cotisations AT/MP ?


Depuis 2012, les coûts moyens n’ont cessé de croître dans des proportions significatives quels que soient les secteurs d’activité concernés (+ 16,8 % en moyenne). 

Augmentation moy. des coûts moyens entre 2012 et 2017 :
Industries du bois, carton, textile, ameublement :+ 22,4 %
Métallurgie :+ 22,4 %
Transports :+ 14,6 %
BTP :+ 13,5 %
Commerce non alimentaire :+ 19,8 %
Chimie, Caoutchouc, Plasturgie :+ 19 %
Santé, travail temporaire et nettoyage :+ 12,4 %
Industries de l’alimentation :+ 11,7 %

Pour tous les secteurs, l’augmentation moyenne dépasse 11 % entre 2012 et 2017. Certaines industries comme la métallurgie, le carton, le textile l’ameublement et l’industrie du bois doivent, quant à elles, absorber une hausse supérieure à 22 % sur cette période.

Les coûts liés aux risques professionnels dépendent fortement de la typologie d’arrêt de travail. Les arrêts de 0 à 3 jours et les arrêts de plus de 150 jours sont particulièrement concernés :

  • arrêts de 0 à 3 jours (IT1)* : + 28,5 %
  • arrêts de + de 150  jours (IT6)* : + 14,9 %  

(*tous secteurs confondus – évolution du coût moyen d’un accident du travail ou maladie professionnelle entre 2012-2017)

Selon les contextes et les organisations (gestion de plusieurs sites, disparité des pratiques déclaratives, hétérogénéité des outils…), il est parfois compliqué de prendre du recul sur son accidentologie, d’analyser et d’évaluer l’ensemble des conséquences induites par des variations de sinistralité.

Quel est l’impact sur vos cotisations du passage d’un IT 5 en IT 6 ? :

Prenons l’exemple de plusieurs secteurs d’activité. En fonction des effectifs et des masses salariales, le passage d’une IT5 en IT 6 peut faire augmenter de façon substantielle les cotisations :

 Longeur d'arrêt de travail: simulation pour la Chimie PlasturgieLongeur d'arrêt de travail: simulation pour la métallurgieLongeur d'arrêt de travail: simulation pour le BTP

 

 Longeur d'arrêt de travail: simulation pour la Santé, le Travail temporaire et le nettoyageLongeur d'arrêt de travail: simulation pour les industries de l'alimentationLongeur d'arrêt de travail: simulation pour les transports

 

Nous remarquons ainsi que le passage d’un seul arrêt de travail de 149 jours à 150 jours a des conséquences directes importantes sur le montant des cotisations :

  • entre 1 et 6,77 % d’augmentation du montant annuel de cotisation sur nos simulations.

 

Arrêts de travail : un pilotage global est nécessaire…

 

Le pilotage des risques professionnels impose donc une vigilance accrue à chaque étape de leur gestion afin de maîtriser le taux de cotisation, anticiper et limiter les risques encourus.

Les variations de sinistralité et de leurs durées militent dans le sens d’un pilotage fin des arrêts de travail. On vient de le voir, chaque changement de tranche (IT ou IP) peut être lourd de conséquences pour l’entreprise.

Dès lors, comment agir ? Divers leviers d’actions complémentaires s’offrent à vous et peuvent être déployés à plusieurs niveaux :

1. instaurer des process de pilotage et de gestion des arrêts :

  • diagnostiquer votre sinistralité 
  • cartographier l’évolution attendue du taux AT/MP pour en anticiper les impacts
  • identifier les longueurs d’arrêts de travail 
  • analyser les dossiers afin d’obtenir une vision globale des arrêts
  • définir des plans d’action prioritaires à mettre en œuvre (plans de prévention, rédaction des DAT, formations…)

2. déployer une démarche pro-active et de bonnes pratiques dans le recueil et la transmission d’informations :

  • sécurisation des phases déclaratives
  • notes techniques sur l’avis d’un médecin
  • démarches d’information auprès des caisses…

 3. détecter les arrêts de travail disproportionnés : 

  • recueil d’incohérences et d’indices (restrictions d’aptitude éventuelles…)
  • preuves de l’absence de corrélation/causalité entre la lésion initiale et les arrêts successifs ou d’une maladie préexistante…
  • contre-visites médicales ou une demande d’expertise médicale sur pièces à la Sécurité Sociale
  • … 

La gestion des arrêts de travail et de leur durée ne se conçoit pas sans un management global et structuré du risque professionnel, qui permet d’agir sur tous les leviers de l’absence professionnelle :

  • la prévention des risques
  • la sécurisation des pratiques
  • l’optimisation des coûts

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour vous faire accompagner sur les longueurs d'arrêt ou sur la gestion de l'absence professionnelle, contactez-nous :

Formulaire Performances RH

Performances RH
Newsletter