Choisir le site Internet de votre pays
Fermer

Absentéisme : Les jeunes absents plus souvent mais moins longtemps

Revue de presse
septembre 17, 2018

Dans Europe 1, le Baromètre de l’absentéisme Ayming est à l’honneur, en particulier sur la nuance entre les absences des jeunes et des séniors.

Le taux d’absentéisme des Français augmente au fur et à mesure des années. En 2017, les salariés ont été absents en moyenne 17,2 jours sur l’année, contre 16,8 jours en 2016.
Ce phénomène s’explique par diverses raisons, notamment par les conditions de travail, perçues différemment en fonction du secteur d’activité, du territoire géographique ou encore en fonction des générations.

Une entrée dans le monde du travail difficile pour les jeunes salariés

Dans le Baromètre de l’absentéisme, le taux d’absentéisme des moins de 30 ans en 2017 est de 3,23%, ce qui reste faible puisqu’ils sont absents plus souvent mais moins longtemps que les autres salariés.
Cependant, sur le nombre total de leurs absences, 7% des jeunes sont absents pour une longue durée. Ce taux est davantage rattaché à un désengagement à leur poste, plutôt qu’à des problèmes de santé importants, comme c’est le cas pour les séniors.
Avec ces chiffres, on peut s’interroger sur la difficulté des jeunes à s’intégrer et s’adapter dans le monde du travail.
Selon Fabien Piazzon, consultant Ayming : «Les jeunes ont des attentes extrêmement fortes. Dès lors que le travail ne les intéresse pas suffisamment, ils sont dans des charges émotionnelles qui génèrent de l’absentéisme, des burn-out et ce genre de problématiques ».

Un manque d’encadrement pour toutes les générations

Les salariés présents depuis moins d’un an dans les entreprises privées, ont un taux d’absentéisme plus élevé que les anciens. Ce fait s’explique par un manque d’encadrement, ainsi qu’un parcours d’intégration ou un accompagnement peu structuré au sein de l’entreprise.
Par ailleurs, la surcharge de travail peut causer des épuisements psychologiques et physiques, tels que des troubles musculosquelettiques ou encore du stress.

Un management en perpétuelle évolution

Pour éviter l’augmentation de l’absentéisme, les entreprises ont intérêt à demander l’avis des salariés sur leurs conditions de travail.
Fabien Piazzon déclare :

Les entreprises doivent s’intéresser à leurs collaborateurs pour comprendre comment ils envisagent de travailler. Les entreprises qui maîtrisent la santé de leurs salariés sont celles qui osent les interroger sur leur vision opérationnelle de leur métier. Tweeter cette citation

Si les sociétés ne font pas cet effort de management d’écoute, certains conflits ou marques de stress peuvent surgir, ce qui engendre encore une fois des absences de la part des collaborateurs en raison de conditions de travail insatisfaisantes.
Néanmoins, selon le Baromètre de l’absentéisme : «les juniors ont une vision de leur avenir plus agile et sont davantage acculturés aux changements de métier», ce qui reste intéressant dans le monde du travail.

Découvrez l’article détaillé sur Europe 1.

Voir les commentaires