Fermer

Augmentation du seuil des aides de minimis depuis le 1er janvier 2024

Accueil > Insights > Actualités > Augmentation du seuil des aides de minimis depuis le 1er janvier 2024
Actualités
janvier 26, 2024

Les aides de minimis, également connues sous le nom d’aides d’État de minimis, jouent un rôle essentiel dans le soutien des petites entreprises en offrant un cadre réglementaire permettant aux États membres de l’Union européenne de fournir un soutien financier limité sans fausser indûment la concurrence. Ces aides, plafonnées à des montants spécifiques, visent à renforcer la compétitivité des petites entreprises et à stimuler la croissance économique. Cet article explore le concept des aides de minimis et leur importance pour le tissu économique des petites entreprises.

Qu’est qu’une aide de minimis ?

Les aides d’État, constituant un soutien financier octroyé par l’État à une entreprise, doivent respecter des critères stricts énoncés dans le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Ces critères comprennent des aides compatibles avec le marché intérieur, telles que celles visant à stimuler le développement économique des régions défavorisées ou à promouvoir la culture. Cependant, les aides de minimis, encadrées par le règlement 2023/2831 du 13 décembre 2023, se démarquent en tant qu’aides d’État de faible montant exemptes de notification à la Commission européenne. Ces aides plafonnées sur trois ans, spécifiques à chaque secteur d’activité, visent à éviter toute distorsion de la concurrence.

Objectifs des aides de minimis :

Les aides de minimis ont plusieurs objectifs cruciaux. Elles visent notamment à soutenir :

  • Les petites entreprises en leur offrant une marge de manœuvre financière supplémentaire pour investir, innover et créer des emplois.
  • En facilitant l’accès au financement, ces aides contribuent également à renforcer la résilience des entreprises face aux défis économiques.

Modalités d’octroi des aides de minimis :

Pour bénéficier des aides de minimis, les entreprises doivent respecter certaines conditions.

Les États membres doivent s’assurer que le montant total des aides accordées à une entreprise reste en deçà du plafond autorisé sur une période de trois ans. De plus, ces aides ne peuvent être cumulées avec d’autres formes d’aides d’État pour éviter toute distorsion importante de la concurrence.

Il appartient aux États membres de contrôler le respect du plafond de minimis pour chaque entreprise. À ce titre, le nouveau règlement européen instaure un registre central qui verra le jour au 1er janvier 2026 au plus tard. Les États membres devront fournir des informations complètes sur les aides de minimis qu’ils octroient aux entreprises. Le registre pourra être national ou européen.

Impact sur les petites entreprises :

Les aides de minimis ont un impact significatif sur les petites entreprises en fournissant un soutien financier direct. Cela se traduit par un renforcement de la stabilité financière, une augmentation des investissements dans l’innovation, une création d’emplois et une amélioration de la compétitivité sur le marché intérieur.

Critiques et évolutions possibles :

Bien que les aides de minimis aient prouvé leur efficacité, certaines critiques ont émergé, notamment en ce qui concerne la complexité des règles et la nécessité de les adapter aux évolutions économiques. Des discussions sont en cours pour évaluer la pertinence des plafonds actuels et la manière dont ces aides peuvent être optimisées pour répondre aux besoins changeants des petites entreprises. Le plafond des aides de minimis représente la limite des aides d’État de faible montant qu’une entreprise peut recevoir au cours de trois exercices fiscaux consécutifs, englobant l’exercice fiscal en cours et les deux exercices précédents.

Augmentation du seuil des aides de minimis au 1er janvier 2024

La Commission européenne a adopté le 13 décembre 2023 le nouveau règlement « de minimis » qui concerne toutes les catégories d’entreprises, quelle que soit leur taille. Il autorise des aides n’excédant pas le plafond de 300 000 euros par entreprise consolidée sur une période de 3 années glissantes. L’assiette des coûts éligibles n’est pas prédéfinie et tous les types de coûts peuvent être pris en considération pour l’octroi d’une aide de minimis. Ce règlement entre en vigueur le 1er janvier 2024 et est applicable jusqu’au 31 décembre 2030.

Auparavant, le seuil était de 200 000 € sur une période de 3 exercices fiscaux glissants, ce seuil était encadré par le règlement n°1407/2013 du 18 décembre 2013 et applicable jusqu’au 31/12/2023.

À partir du 1er janvier 2024, les nouveaux seuils de minimis seront les suivants :

Les aides de minimis représentent un instrument crucial pour soutenir les petites entreprises, favorisant ainsi la croissance économique et l’innovation. En fournissant un équilibre entre le soutien financier nécessaire et la préservation de la concurrence, ces aides jouent un rôle essentiel dans le maintien de la vitalité du tissu économique des petites et moyennes entreprises. Les discussions en cours sur l’optimisation de ces aides témoignent de la volonté constante d’adapter les politiques économiques pour mieux répondre aux besoins changeants du monde des affaires.

Une question ? Contactez nos experts afin qu’ils vous accompagnent dans vos projets ! 

Voir les commentaires

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *