Choisir le site Internet de votre pays
Fermer

Optimisation des coûts des emballages : un atout pour les entreprises

Accueil > Insights > Avis d'expert > Optimisation des coûts des emballages : un atout pour les entreprises
Avis d'expert
juillet 25, 2019

Le volume des emballages carton s’explique indéniablement par le développement du e-commerce. Il est donc important de responsabiliser les entreprises à réfléchir, en amont, à l’optimisation des emballages, en créant mieux et moins.

Le marché de l’emballage représente aujourd’hui une activité économique de 500 milliards d’euros dans le monde : 100 milliards pour l’Europe, et 23 milliards en France. On observe, d’ailleurs, une croissance de 4,2% depuis 2010.

3ème exportateur mondial d’emballage, la France est pourtant très en retard quant au recyclage des emballages. Si 88% des emballages carton et papier sont recyclés, seul 23% des emballages plastiques le sont, laissant la majorité incinérés, enfouis ou encore laissés dans la nature.

Lorsque l’on parle d’optimisation des emballages, il est important d’en avoir une vue globale, puisqu’au sein d’une entreprise, ou vis-à-vis du client, on ne perçoit pas l’emballage de la même manière :

  • Pour le service marketing, l’emballage est synonyme d’image de marque, d’outil de vente, et surtout, un investissement à promouvoir en interne ;
  • Pour le bureau d’étude, l’emballage doit s’adapter aux caractéristiques du produit et doit être une satisfaction du service attendu ;
  • Pour la Finance, un poste de coûts : les financiers se questionnent sur la valeur à rajouter de l’emballage que l’on achète ;
  • Pour les Achats, on parle ici d’une partie significative du coût total du produit qui est vendu, et donc une commodité à optimiser ;
  • Pour la production, l’emballage n’est autre qu’un article à manipuler et à gérer en toute simplicité, sans risque de voir se bloquer la ligne de production : on recherche l’efficacité maximum ;
  • Pour la logistique, c’est un outil de protection, de transport et de stockage. Ici, on prime d’abord la réduction du risque avant le coût de l’emballage ;
  • Finalement pour le client, l’image de marque est cruciale. L’emballage est un facteur d’achat, c’est pourquoi il doit être attractif, vendeur et gratuit.

L’emballage est donc au carrefour de différentes attentes de la part des clients comme des entreprises. En prenant compte de chacune d’entre elles, nous parvenons à une conclusion :

l’emballage doit être beau, solide, et au meilleur coût.

Mais aujourd’hui, l’emballage se confronte à une nouvelle condition : il doit participer à la limitation des déchets, tout en gardant un prix attractif pour l’entreprise. L’emballage doit être pensé en fonction de son utilisation optimale en travaillant, en amont, sur :

  • Les spécifications techniques (format, papier utilisé, adaptation à la juste qualité) ;
  • La création, en prenant en compte la vente et le transport ;
  • La mise en forme de l’emballage sur la ligne de production qui ne doit pas être bloquée ;
  • Le taux de remplissage des emballages ;
  • Le poids transporté ;
  • La facilité de recyclage et la valorisation.

Tous ces éléments représentent le coût total de l’emballage, de sa fabrication à son transport. Bien souvent, et lorsqu’elles définissent leurs emballages, les entreprises n’optimisent qu’un ou deux de ces aspects. En cherchant le prix le plus attractif auprès de plusieurs fournisseurs, les entreprises favorisent l’aspect financier.

Il faut savoir qu’en suivant tous les aspects cités précédemment, l’entreprise fera des économies considérables sur sa production. Il y a donc des réflexes à avoir dès la conception du produit.

Il faut pouvoir se doter d’une vision globale : nous devons comprendre l’ensemble des fonctions que doit satisfaire un emballage, en sollicitant toutes les parties prenantes de l’entreprise.

Voir les commentaires